|  Les petites annonces gratuites

Parole marquante

[1030 messages]


Accueil >> Forums >> Chanteurs et groupes >> Parole marquante




  Auteur   Message
 

le 27 fév 2006 à 15:15
par kaliméro
[Bordeaux]
 
Marchi ocb ^x^


  Répondre à ce message
 

le 27 fév 2006 à 14:42
par ocb1
[Tulle]
 
l'autre finistere des innocents


Comprendrais tu ma belle
qu'un jour fatigué
j'aille me briser la voix
une derniere fois
a cent vingh decibels
contre un grand chataigner d'amour
pour toi
trouverais tu cruel
que le doigt sur la bouche
je t'emmene hors des villes
en un fort une presqu'ile
oublier nos duels
nos escarmouches
et nos peurs imbeciles
on irait y attendre
la fin des combats
jetter aux ver aux vautours
autour nos plus beaux discours
ces mots qu'on revait d'entendre
et qui n'existent pas
y devenir sourd
ouh ouh ouh
il est un estuaire
un long fleuve de soupir
ou l'on mele nos mystere
et nos belles differences
j'y apprendrais a me taire
et tes retenir
dans cet autre finistere
au longues plages de silence
bien sur on se figure
que le monde est mal fait
que les jours nous abiment
comme de la toile de nimes
qu'entre nous y a des murs
qui jamais ne fissurent
que meme l'air nous opprime
et puis l'on s'imagine
des choses et des choses
que nos liens c'est l'argile
des promesses faciles
sans voir que sous la patine du temp
y'a des roses et des jardins fertiles
hou hou hou
il est un estuaire
un longs fleuve de soupirs
ou l'on mele nos mysteres
et nos plus belles differences
j'y apprendrais a me taire
et tes larmes retenir
dans cette autre finistere
au longues plages de silence
car la haut dans le ciel
si un jour je m'en vais
ce que je voudrais de nous
emporter avant tout
c'est le sucre et le miel
et le peu que l'on sait
n'etre qu'a nous
hou hou hou
il est un estuaire
un long fleuve de soupirs
ou l'on mele nos mystere
et nos belles differences
j'y apprendrais a me taire
et tes larmes retenir
dans cet autre finistere
au longues plages de silence
oh oh oh oh
il est un estuaire
un longs fleuve de soupirs
ou l'on mele nos mysteres
et nos differences
j'y apprendrais a me taire
et tes larmes retenir
dans cet autre finistere
au longues plages de silence
na na na na na na
na na na na na na na
na na na na na na na
j'y apprendrais a me taire
dans cet autre finistere
au longues plages de silence


  Répondre à ce message
 

le 24 fév 2006 à 00:59
par Visiteur
 
Reprendre c'est voler (goldman)
-------------------------------

Je garderai les disques, et toi l'électrophone
Les préfaces des livres, je te laisse les fins
Je prends les annuaires, et toi le téléphone
On a tout partagé, on partage à la fin

Je prends le poisson rouge, tu gardes le bocal
A toi la grande table, à moi les quatre chaises
Tout doit être bien clair et surtout bien égal
On partage les choses quand on ne partage plus les rêves

Tu garderas tes X et moi mes XY
Tant pis, on saura pas c'que ça aurait donné
C'est sûrement mieux comme ça, c'est plus sage, plus correct
On saura jamais c'qu'en pensait l'intéressé(e?)

Mais l'amour, tu peux tout le garder
Un soir, je te l'avais donné
Et reprendre, c'est voler
Et reprendre, c'est voler


  Répondre à ce message
 

le 18 fév 2006 à 02:30
par Visiteur
 
I don't know (Noa)
------------------

Flower, colored bright
I am strong, I can fight
But I don't know, I don't know, I don't know

Tower, brick and stone
Make my way on my own
But I don't know, I don't know, I don't know

I don't know why, I don't know how
If I can fly, can I fly now ?
Are my wings strong enough to bear
The winds out there ?
Hey, hey, hey, I don't know

Flower, colored bright
I am strong, I can fight
But I don't know, I don't know, I don't know

Tower, brick and stone
Make my way on my own
But I don't know, I don't know, I don't know

I don't know why, I don't know how
If I can fly, can I fly now ?
Are my wings strong enough to bear
The winds out there ?
Hey, hey, hey, hey ,hey I don't know

Tell me it'll never fade
And I'll go forth unafraid
'Cause I don't know, I don't know, I don't know

Show me rain and flood
To cool the fire in my blood
'Cause I don't know, I don't know, I don't know

I don't know why, I don't know how
If I can fly, can I fly now ?
Are my wings strong enough to bear
The winds out there ?
Hey, hey, hey, hey ,hey I don't know

La lala lala la la la lala
I don't know, I don't know, I don't know
La lala lala la la la lala
I don't know, I don't know, I don't know

I don't know why, I don't know how
If I can fly, can I fly now ?
Are my wings strong enough to bear
The winds out there ?

I don't know why, I don't know how
If I can fly, can I fly now ?
Are my wings strong enough to bear
The winds out there ?

I don't know why, I don't know how
If I can fly, can I fly now ?
Are my wings strong enough to bear
strong enough to bear

I don't know why, I don't know why, I don't know why
I don't know how, I don't know how, I don't know how
Are my wings strong enough
Are my wings strong enough

I don't know why, I don't know how
If I can fly...

---------------------------------------------

Je ne sais pas (Noa)

Fleur, vivement coloré
Je suis forte, je peux me battre
Mais je ne sais pas, je ne sais pas, je ne sais pas,

Tour, brique et pierre
Trace mon chemin par moi-même
Mais je ne sais pas, je ne sais pas, je ne sais pas

Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment
Si je peux voler, puis-je voler à présent ?
Mes ailes sont-elles suffisamment résistantes pour supporter
Les vents par là-bas ?
Hey, hey, hey, hey, je ne sais pas

Fleur, vivement coloré
Je suis forte, je peux me battre
Mais je ne sais pas, je ne sais pas, je ne sais pas,

Tour, brique et pierre
Trace mon chemin par moi-même
Mais je ne sais pas, je ne sais pas, je ne sais pas

Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment
Si je peux voler, puis-je voler à présent ?
Mes ailes sont-elles suffisamment résistantes pour supporter
Les vents par là-bas ?
Hey, hey, hey, hey, je ne sais pas

Dites-moi qu'elle ne me lacheront pas
Et j'irai de l'avant sans peur
Car je ne sais pas, je ne sais pas, je ne sais pas

Montre-moi la pluie et l'innondation
Pour apaiser le feu dans mon sang
Car je ne sais pas, je ne sais pas, je ne sais pas

Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment
Si je peux voler, puis-je voler à présent ?
Mes ailes sont-elles suffisamment résistantes pour supporter
Les vents par là-bas ?
Hey, hey, hey, hey, je ne sais pas

La lala lala la la la lala
Je ne sais pas, je ne sais pas, je ne sais pas
La lala lala la la la lala
Je ne sais pas, je ne sais pas, je ne sais pas

Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment
Si je peux voler, puis-je voler à présent ?
Mes ailes sont-elles suffisamment résistantes pour supporter
Les vents par là-bas ?

Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment
Si je peux voler, puis-je voler à présent ?
Mes ailes sont-elles suffisamment résistantes pour supporter
Les vents par là-bas ?

Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment
Si je peux voler, puis-je voler à présent ?
Mes ailes sont-elles suffisamment résistantes pour supporter
Mes ailes sont-elles suffisamment résistantes pour supporter

Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas pourquoi
Je ne sais pas comment, je ne sais pas comment, je ne sais pas comment
Mes ailes sont-elles suffisamment solides
Mes ailes sont-elles suffisamment solides

Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment
Si je peux voler...



  Répondre à ce message
 

le 18 fév 2006 à 01:58
par Visiteur
 
Babel de Noa
----------------

Pardon me for babeling
Comme des milliers de mots
Pardon me for babeling
Qui t'envoient des signaux
Cent mille mots, blottis au fond
De mon cœur
Tout la haut dans les étoiles
Pour oublier tes peurs

Tu sais au fond de mes pensées
Depuis que je t'attends
Tous mes mots sont bouleversés
Je sens comme des torrents
De paroles, de rires, de symphonies
De chansons
Et ces mélodies murmurent des
Battements
Les battements de mon cœur

Milim, milim, milim
Cama milim amarnou
Tsilim, tsilim, tsilim
Charnou, charnou
Libi, libi, libi
Khai bekhaykha
Libi, libi, libi
Khai bekhaykha

Si je regarde dans tes yeux
Je vois comme une éclipse
Tu soulèves des ouragans
De tendresse, de délices
Pour le dire, j'ai tous les mots de
La terre
Toutes les langues, toutes les
Couleurs et la lumière
D'une infinie prière

Milim, milim, milim
Cama milim amarnou
Tsilim, tsilim, tsilim
Charnou, charnou
Libi, libi, libi
Khai bekhaykha
Libi, libi, libi
Khai bekhaykha

Pardon me for babeling
Mais juste en quelques mots
Raconte-moi encore l'histoire,
Celle de babel
Dis-moi
Et de l'amour qui nous donne des
Ailes
L'amour qui chante
We never babeling
We're bubbling
When we sing

When we sing
When we sing
When we sing
Comme des milliers de mots
Babeling


  Répondre à ce message
 

le 18 fév 2006 à 01:47
par Visiteur
 
En passant (J.J. Goldman)
--------------------------------------------

Toutes les ébènes ont rendez-vous
Lambeaux de nuit quand nos ombres s'éteignent
Des routes m'emmènent, je ne sais où
J'avais les yeux perçants avant, je voyais tout

Doucement reviennent à pas de loups
Reines endormies, nos déroutes anciennes
Coulent les fontaines jusqu'où s'échouent
Les promesses éteintes et tous nos vœux dissous

C'était des ailes et des rêves en partage
C'était des hivers et jamais le froid
C'était des grands ciels épuisés d'orages
C'était des paix que l'on ne signait pas

Des routes m'emmènent, je ne sais où
J'ai vu des oiseaux, des printemps, des cailloux
En passant

Toutes nos défaites ont faim de nous
Serments résignés sous les maquillages
Lendemains de fête, plus assez saouls
Pour avancer, lâcher les regrets trop lourds

Déjà ces lents, ces tranquilles naufrages
Déjà ces cages qu'on attendait pas
Déjà ces discrets manques de courage
Tout ce qu'on ne sera jamais, déjà

J'ai vu des bateaux, des fleurs, des rois
Des matins si beaux, j'en ai cueilli parfois
En passant


  Répondre à ce message
 

le 17 fév 2006 à 22:04
par Visiteur
 
Cane... Cane... Canebière

Alibert, parole de René Servil et musique de Vincent Scotto, 1935

Aux quatre coins du monde, indiscutablement
On aime sa faconde et ses mille défauts charmants
Elle a la grâce brune des filles du midi
Il n'en existe qu'une, voilà pourquoi chez nous l'on dit :

{Refrain:}
On connaît dans chaque hémisphère
Notre Cane...Cane...Canebière
Et partout elle est populaire
Notre Cane...Cane...Canebière
Elle part du vieux port et sans effort
Coquin de sort, elle exagère
Elle finit au bout de la terre
Notre Cane...Cane...Canebière

Comment vous la décrire, son charme est sans pareil
Joyeuse elle s'étire comme un lézard au soleil
Internationale pour l'amour prend de l'air
Elle est la capitale des marins de l'univers
{au Refrain}

Il est né le divin enfant, il est né sur la Canebière
Il est né le divin enfant, il est né prés du fort Saint-Jean

Elle finit au bout de la terre
Notre Cane...Cane...Canebière


  Répondre à ce message
 

le 01 fév 2006 à 00:41
par Visiteur
 
Je sens dans cette chanson tout l'amour de Zouave pour Emma :D


  Répondre à ce message
 

le 31 jan 2006 à 23:15
par Visiteur
 
"Emma"
Matmatah, album "La Ouache"


Et ma télé est allumée , Emma t'es là
Et dire que ma journée est à peine entamée
Emma tu m'as déjà scotché au canapé
Emma t'es vraiment 10 fois plus belle que Tara
Emma comment fais-tu pour être aussi sûre de toi
Tes coups de pieds m'ont quelque peu émasculé
Emma je t'en prie rend moi ma virilité
Emma t'es vraiment 100 fois plus belle que Tara
Emma t'es belle et ma copine elle t'aime pas
Emma t'es bonne et ma pile va bientôt claquer
Emma t'es froide comme le carrelage de mes W-C
Emma t'es vraiment 1000 fois plus belle que Tara
Emma y-a y-a Emma y-a y-é
Emma y-a y-a Emma y-a y-a
Emma y-a y-a Emma y-a y-é
Emma y-a y-a Emma y-a y-a
Et ma télé va exploser Emma tais-toi
Et dire que pour toi j'aurais gâché ma santé
Emma t'as même pas réussi à me soulager
Emma t'es vraiment périmée rhabilles-toi
Emma y-a y-a Emma y-a y-é
Emma y-a y-a Emma y-a y-a


  Répondre à ce message
 

le 30 jan 2006 à 12:40
par Visiteur
 
Mdrrrrrrrrr Emma ben disons que c'est imagé lol l'image du coeur pas le coeur qu'on trouve sur l'étalage du boucher loool....hihihihi trop drole tu es.....

Kiss emma


  Répondre à ce message
 

le 29 jan 2006 à 22:05
par Visiteur
 
c'est très élégant, emma !

Ce sont les paroles de quelle chanson ?


  Répondre à ce message
 

le 29 jan 2006 à 22:03
par emma_p
 
ça m'a toujours étonné, cette expression (belle comme un coeur), parce que quand je passe devant un coeur de boeuf emballé au rayon boucherie de la supérette ou que je vois un lapin écrasé et ouvert de haut en bas sur le chemin qui mène à la boulangerie, jamais ces mots ne me viennent à l'esprit...
lol


  Répondre à ce message
 

le 29 jan 2006 à 21:04
par Visiteur
 
wéééééé zouave moi aussi j'aime bien cette chanson...très jolie photo ma nono....t belle comme un coeur...


  Répondre à ce message
 

le 29 jan 2006 à 17:48
par Visiteur
 
va à lourdes zouave hihihihi


  Répondre à ce message
 

le 29 jan 2006 à 17:46
par Visiteur
 
Mais non, c'est pour qu'il pleuve au contraire !

Voilà une chanson qui me plait bien !
Hop ! Prosternez-vous ! Adminrez-moi ! Tuez-moi ! Jetez-vous à mes pieds ! Soyez en transe et vouez-moi un culte universel !!
Ahahaha :-)))

"Le chanteur", parole et musique de Balavoine (qui ne le sait pas ?)

Je m'présente, je m'appelle Henri
J'voudrais bien réussir ma vie, être aimé
Etre beau gagner de l'argent
Puis surtout être intelligent
Mais pour tout ça il faudrait que j'bosse à plein temps

J'suis chanteur, je chante pour mes copains
J'veux faire des tubes et que ça tourne bien, tourne bien
J'veux écrire une chanson dans le vent
Un air gai, chic et entraînant
Pour faire danser dans les soirées de Monsieur Durand

Et partout dans la rue
J'veux qu'on parle de moi
Que les filles soient nues
Qu'elles se jettent sur moi
Qu'elles m'admirent, qu'elles me tuent
Qu'elles s'arrachent ma vertu

Pour les anciennes de l'école
Devenir une idole
J'veux que toutes les nuits
Essoufflées dans leurs lits
Elles trompent leurs maris
Dans leurs rêves maudits

Puis après je f'rai des galas
Mon public se prosternera devant moi
Des concerts de cent mille personnes
Où même le tout-Paris s'étonne
Et se lève pour prolonger le combat

Et partout dans la rue
J'veux qu'on parle de moi
Que les filles soient nues
Qu'elles se jettent sur moi
Qu'elles m'admirent, qu'elles me tuent
Qu'elles s'arrachent ma vertu

Puis quand j'en aurai assez
De rester leur idole
Je remont'rai sur scène
Comme dans les années folles
Je f'rai pleurer mes yeux
Je ferai mes adieux

Et puis l'année d'après
Je recommencerai
Et puis l'année d'après
Je recommencerai
Je me prostituerai
Pour la postérité

Les nouvelles de l'école
Diront que j'suis pédé
Que mes yeux puent l'alcool
Que j'fais bien d'arrêter
Brûleront mon auréole
Saliront mon passé

Alors je serai vieux
Et je pourrai crever
Je me cherch'rai un Dieu
Pour tout me pardonner
J'veux mourir malheureux
Pour ne rien regretter
J'veux mourir malheureux


  Répondre à ce message
 

le 29 jan 2006 à 15:58
par Visiteur
 
ça suffit plus vous chantez plus y neige


  Répondre à ce message
 

le 29 jan 2006 à 15:50
par Visiteur
 
"La Marseillaise"
Léo Ferré

J'connais un' grue sur le Vieux Port
Avec des dents longu's comm' la faim
Et qui dégraf' tous les marins
Qu'ont l'âme chagrine et le cœur d'or
C'est à Marseille que j'vais la voir
Quand le soleil se fout en tweed
Et que l'mistral joue les caïds
C'est à Marseille qu'ell' traîn' le soir
Elle a des jupes à embarquer
Tous les chalands qui traîn'nt la nuit
Et des froufrous qui font tant d'bruit
Qu'on les entend au bout du quai
Il suffit d'y mettre un peu d'soi
C'est un' putain qu'aime que la braise
Et moi j'l'appelle la Marseillaise
C'est bien le moins que je lui dois

Arrête un peu que j'vois
Si tu fais l'poids
Et si j'en aurai pour mon fric
Arrête un peu que j'vois
Si les étoiles couchent avec toi
Et tu m'diras
Combien j'te dois

J'connais un' grue dans mon pays
Avec les dents longu's comm' le bras
Et qui s'tapait tous les soldats
Qu'avaient la mort dans leur fusil
C'est à Verdun qu'on peut la voir
Quand les souv'nirs se foutent en prise
Et que l'vent d'est pose sa valise
Et qu'les médaill's font le trottoir
Elle a un' voix à embarquer
Tous les traîn'-tapins qu'elle rencontre
Et il paraît qu'au bout du compte
Ça en fait un drôl' de paquet
Il suffit d'y mettre un peu d'soi
Au fond c'est qu'un' chanson française
Mais qu'on l'appell' la Marseillaise
Ça fait bizarr' dans ces coins-là

Arrête un peu que j'vois
Si t'as d'la voix
Si j'en aurais pour mes galons
Arrête un peu que j'vois
Et puis qu'j'abreuve tous vos sillons
Et j'vous dirai
Combien ça fait

J'connais un' grue qu'a pas d'principes
Les dents longu's comme un jour sans pain
Qui dégrafait tous les gamins
Fumant leur vie dans leur cass'-pipe
C'est dans les champs qu'ell' traîn' son cul
Où y a des croix comm' des oiseaux
Des croix blanch's plantées pour la peau
La peau des autr's bien entendu
Cell'-là on peut jamais la voir
A moins d'y voir les yeux fermés
Et l'périscop' dans les trous d'nez
Bien allongé sous le boul'vard
Suffit d'leur filer quat' bouts d'bois
Et d'fair' leur lit dans un peu d'glaise
Et d'leur chanter la Marseillaise
Et d'leur faire un' bell' jambe de bois

Arrête un peu tes cuivres
Et tes tambours
Et ramèn' moi l'accordéon
Arrête un peu tes cuivres
Que je puiss' finir ma chanson
Le temps que j'baise
Ma Marseillaise


  Répondre à ce message
 

le 29 jan 2006 à 15:26
par emma_p
 
Bella ciao
Chant révolutionnaire italien

Pour souhaiter la bienvenue à Bellaciao ;)


Una mattina mi son svegliata
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Una mattina mi son svegliata
Eo ho trovato l'invasor

O partigiano porta mi via
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
O partigiano porta mi via
Che mi sento di morir

E se io muoio da partigiano
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
E se io muoio da partigiano
Tu mi devi seppellir

Mi seppellirai lassu in montagna
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Mi seppellirai lassu in montagna
Sotto l'ombra di un bel fior

Cosi le genti che passeranno
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Cosi le genti che passeranno
Mi diranno che bel fior

E questo é il fiore del partigiano
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
E questo é il fiore del partigiano
Morto per la libertà

---------------------------------

Traduction :

Un matin, je me suis reveillé
Ô ma belle au revoir (x3)
Au revoir, au revoir

Un matin, je me suis réveillé
Et l'envahisseur était là.
Ô ! partisan emportes-moi
ma belle au revoir (x3)
Au revoir, au revoir

Ô ! Partisan emportes-moi
Je me sens prêt à mourir.
Et si je meurs, de partisan
Ô ma belle au revoir (x3)
Au revoir, au revoir

Et si je meurs, de partisan
Tu devra m'enterrer.
Tu devras m'enterrer là-haut sur la montagne
Ô ma belle au revoir (x3)
Au revoir, au revoir

Tu devras m'enterrer la haut sur la montagne
A l'ombre d'une belle fleur.
Et les gens, ils passeront
Ô ma belle au revoir (x3)
Au revoir, au revoir

Et les gens, ils passeront
Et diront 'Oh quelle belle fleur'.
Cette fleur est la fleur du partisan
Ô ma belle au revoir (x3)
Au revoir, au revoir

Cette fleur est la fleur du partisan
Mort pour la liberté.


  Répondre à ce message
 

le 29 jan 2006 à 15:14
par emma_p
 
Très élégant, zouazoua !!


  Répondre à ce message
 

le 29 jan 2006 à 12:30
par Visiteur
 
Et une version anonyme de la même chanson : ;-)

Etoile des neiges,
Mon coeur amoureux,
S'est pris au piège,
De tes grands yeux.

Je pars en voyage,
Pour qu'à mon retour,
Je trouve enfin
Le grand amour

Et r'saque et'maronne,
Qu'on voie l'trou d'et'cul,
Et ton soutien,
Qu'on voie tes seins.

Je r'saque em'calçon,
Qu'on voie mes roustons,
Et em biroute,
Ohé! ohé! je t'la fous dans l'derrière.


  Répondre à ce message
 

le 29 jan 2006 à 12:28
par Visiteur
 
Etoile des neiges
auteur : Patrice et Mario

Dans un coin perdu des montagnes
Un tout petit savoyard

chantait son amour
dans le charme du soir
près de sa bergère
au doux regard

Etoile des neiges
Mon cœur amoureux
S’est pris au piège
De tes grands yeux
Je te donne en gage
Cette croix d’argent
Et de t’aimer toute ma vie j’en fais serment.

Hélas, soupirait la bergère
Que répondront nos parents
Comment ferons-nous, nous n’avons pas d’argent
Pour nous marier dès le printemps.

Etoile des neiges
Sèche tes beaux yeux
Le ciel protège
Les amoureux
Je pars en voyage
Pour qu’à mon retour
A tout jamais plus rien n’empêche notre amour.

Et quand les beaux jours refleurirent
Il s’en revint au hameau
Et sa fiancée l’attendait tout là-haut
Parmi les clochettes des troupeaux

Etoile des neiges
des garcons d’honneurs
vont en cortège
portant des fleurs
et par un mariage
finie notre histoire
de la bergère et de son petit savoyard.


  Répondre à ce message
 

le 28 jan 2006 à 22:59
par Visiteur
 
Appatenir (Goldman)

Mon doudou, mon chéri
Mon amour
Mon amant, mon mari
Mon toujours
Des mots si doux
Mais qui m'effraient parfois
Je ne t'appartiens pas
Des mots si chauds
Mais à la fois si froids
Je n'appartiens qu'à moi


  Répondre à ce message
 

le 28 jan 2006 à 12:34
par Visiteur
 
Excellent mon coq les Inconnus trop fort...


  Répondre à ce message
 

le 28 jan 2006 à 11:10
par Visiteur
 
Salut mec, ça va, tu vas bien
On se présente, mais non tu connais déjà
On est là pour te pomper
T'imposer sans répit et sans repos
Pour te sucer ton flouze
Ton oseille
Ton pognon
Ton pèze
Ton fric
Ton blé
Tes économies
Tes sous
Ton salaire
Tes bénefs
Tes bas de laine
Tout ce qui traîne
C'que tu as sué de ton front
On te le sucera jusqu'au fond

On est là partout
Même quand tu joues
Pauvre idiot, on est là partout
Le loto, c'est nous
Le bingo, c'est nous
Le tiercé, le quarté , le quinté
C'est encore nous
Le quinté plus, on te re-suce

Faut qu'tu craches, faut qu'tu payes
Faut qu'tu craches, faut qu'tu payes
Pas possible que t'en réchappes
Nous sommes les frères qui rapent tout

T'a pensé à payer ta
Taxe foncière
Taxe immobilière
Taxe professionnelle
Taxe sur le personnel
Taxe d'apprentissage
Taxe si t'es pas sage
Taxe sur tout ce qui bouge
Sur tes clopes et sur ton rouge
Sur tes cachets d'aspirine
Sur ta vodka, sur ton gin ah ! ah !
Majorations relevées
Vignettes et timbres fiscaux
Cartes grises et assurance auto
PV droit d'immatriculation
Crache, crache
Essence, péage, héritage, partage, ménage, concubinage
On est là à tous les étages

Nous sommes URSSAF, CANCRAS et CARBALAS
Qui que tu sois, quoi que tu fasses
Faut qu'tu craches, faut qu'tu payes
Pas possible que t'en réchappes
Nous sommes les frères qui rapent tout.

Je t'offre un pot !
Et oui un pot
Impôts fiscaux
Impôts locaux
Impôts directs
Et indirects
Impôts fonciers
Impôts rentiers
Impôts sur les grandes fortunes
Impôts même si t'as pas de tunes
Impôts sécheresse
Impôts richesse
Impôts nouveaux
Impôts rétros
Impôts recto
Impôts verso
Impôts sur le revenu
Impôts sur les revenants

Nous sommes URSSAF, CANCRAS et CARBALAS
Qui que tu sois, quoi que tu fasses
Faut qu'tu craches, faut qu'tu payes
Pas possible que t'en réchappes
Nous sommes les frères qui rapent tout.

Penses à nous, penses à nous
Tu sais ce que ça veut dire IFA
Impôts forfaitaire annuel
C'est moi qui l'ai inventé
Cotisation supplémentaire de 0,1%
Contribution sociale de solidarité
Attends, attends, c'est pas fini
Majorations, relevés
Charges sociales et plus value
Cotisation pré-retraite
T'as pensé à payer la
Taxe foncière
Taxe immobilière
Taxe professionnelle
Taxe sur le personnel

On est là pour te pomper
T'imposer sans répit et sans repos
Pour te sucer tout ton flouze
To oseille
Ton pognon
Ton pèze
Ton fric
Ton blé
Tes biftons
Tes ronds
Tes actions
Tes sicav
Ton liquide
Tes pourliches
Ton salaire
Tes bénefs
Tes magots
Tes lingots
Tes napos
Tes bas de laine
Tout ce qui traîne
Ce que t'as sué de ton front
On va t'le sucer jusqu'au fond

Nous sommes URSSAF, CANCRAS et CARBALAS
Qui que tu sois, quoi que tu fasses
Faut qu'tu craches, faut qu'tu payes
Pas possible que t'en réchappes
Nous sommes les frères qui rapent tout.

Salut !TVA bien !
Toi qui croyais gagner dans l'ombre
Tu vas te retrouver avec un prélèvement sans gain

Nous sommes URSSAF, CANCRAS et CARBALAS
Qui que tu sois, quoi que tu fasses
Faut qu'tu craches, faut qu'tu payes
Pas possible que t'en réchappes
Nous sommes les frères qui rapent tout.

Nous comprenons votre douleur
C'est une triste disparition
Mais dans votre malheur
N'oubliez pas de régler vos droits de succession

Au nom du père, du fisc, du cent pour cif.



  Répondre à ce message







Annonces de la semaine

EFX 500 pioneer boite d'effets DJ
Villeneuve d'Ascq (59491)
300 €
Colocation dans une grande maison sur Lens
Lens (62300)
370 €